De Brutus en Roméo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Consigne De Brutus en Roméo

Message  catsoniou le Mar 24 Fév - 9:05

Ah ! Je ne connais de la mer, ses tempêtes déchaînées  que les images télévisuelles et j'ai du mal à imaginer une aventure vécue du haut de ce phare de la Jument … D'ailleurs, comment une jument serait-elle suffisamment saugrenue pour grimper tout en haut de cet escalier en colimaçon : pas le moindre brin d'herbe  à grignoter. Quant à gambader, n'y songeons point, à moins d'aimer  tourner en rond jusqu'à y perdre son latin …

Cependant, l'encerclement du phare par  des vagues tourbillonnantes  évoque pour le terrien ignare  fort éloigné de toute rivière capricieuse des rapprochements hasardeux que toute lectrice ou lecteur sensé n'est nullement obligé  de subir jusqu'au bout de cette page de lecture. Qu'il passe son chemin et continue jusqu'à la mer admirer la sombre colère des flots ombrageux  et demeure dans l'ignorance  du chêne mis à terre par un troupeau de brebis ivres de colère et chagrin …

Jean-Paul Sartre, victime d'une nausée à la descente du phare ébranlé par la véhémence d' Éole, n'écrivit-il pas : Pour que l'événement le plus banal devienne une aventure, il faut et il suffit qu'on se mette à le raconter ?

Né d'un gland échappé du bec d'un merle blanc, l'arbrisseau grandit en toute quiétude à l'abri d'une haie. Négligé par les chèvres friandes de jeunes pousses, il  franchit sans encombres le cap de l'enfance et l'adolescence, prit le pas sur la végétation voisine et devint un arbre digne de ce nom.  Chacune et chacun se félicitait de l'ombrage qu'il dispensait généreusement. Sauf les légumes du potager à qui il pompait sournoisement par le sous-sol les substances de fertilité ; rivés au sol par leurs racines, ceux-ci périclitaient sans se rebeller. Il n'en fut point de même pour Brutus, le bélier du champ voisin qui prit en grippe le rouvre vénérable : ses ouailles, pardon ouilles - brebis pour les néophytes de l'occitan limousin - prisaient fort l'ombrage du chêne, les glands  à profusion  permettant de varier le menu herbager quotidien. Cela va de soi, en ces moments de repos, elles n'étaient point réceptives aux avances du fougueux Brutus.

S'engagea alors une lutte larvée entre l'animal et le végétal, Brutus étant    l'agresseur régulier de l'ennemi statique. Par des coups de boutoirs répétitifs, le bélier opiniâtre tentait d'ébranler l'arbre stoïque sans autre dommage que la chute de glands parvenus à maturité et feuilles tourbillonnantes.
Le front endurci par les  rencontres brutales avec l'écorce  n'empêchait point l'animal stupide de voir trente-six chandelles en plein jour et de se retrouver sur le cul, béat d'étourdissement.

Excédé par cette hostilité invétérée, le chêne patiemment ruminait sa vengeance avec les moyens du bord. Subrepticement, il cessa d'alimenter de sève  sa branche maîtresse la plus basse non sans requérir la complicité d’Éole pour le moment opportun. De la coordination des éléments, découlait le succès de l'opération : branche morte,  zéphyr puissant, bélier ombrageux  devaient mettre un terme à la guerre.

Tête basse,  brins de laine volant dans le vent furieux, recul suffisant, Brutus s'élança pour un assaut ultime. Blizzard violent, branche branlante, secousse du tronc à l'unisson vinrent à bout du belliqueux qui se retrouva les quatre fers en l'air pour l'éternité coiffé de bois comme son cousin le cerf.

Attirées par le grabuge, tels les moutons de Panurge, les ouilles encerclèrent la scène et du haut du champ,  la ressemblance avec le phare assiégé par les vagues  était frappante … Craignant que la folie ne gagne la gent  ovine, dès le vent calmé, le propriétaire des lieux, un dénommé cats, mit fin à l'épisode par une intervention chirurgicale définitive à la tronçonneuse. Les légumes du potager reverdirent, les brebis oublièrent Brutus  éclipsé par Roméo, jeune basco-béarnais au charme légendaire ...
avatar
catsoniou
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : couci - couça

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De Brutus en Roméo

Message  Escandélia le Mar 24 Fév - 10:37

Brutus ! T'aurais pu choisir un bourricot au moins pour ton histoire ! La jument aurait été sauve.
avatar
Escandélia
Modératrice consigne B

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De Brutus en Roméo

Message  Amanda. le Mar 24 Fév - 17:14

Pas banal du tout ton histoire de bélier ! J'ai bien ri ! Et donc tu l'as bien racontée, comme une fable de Monsieur de La Fontaine ! Prosterne
avatar
Amanda.
Modératrice consignes A

Féminin Humeur : résolument drôle

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De Brutus en Roméo

Message  AlainX le Mar 24 Fév - 17:34

De l'art de détourner la consigne tout en la respectant !
Rien que pour ça…
clap

Et sinon, l'histoire est savoureuse.
Et puisqu'il est question de gland, comment ne pas évoquer ce cher Georges :
«comme un un bouc un bélier, une une bête 1 brute,
je suis hanté le rut, le rut le rut ! "

Je sors
avatar
AlainX
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : stable

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De Brutus en Roméo

Message  Escandélia le Mar 24 Fév - 18:10

Mekilestcon ce bélier, c'est pour ça que je préfère les vaches.
avatar
Escandélia
Modératrice consigne B

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De Brutus en Roméo

Message  catsoniou le Mer 25 Fév - 7:22

Comment aborde-t-on une consigne ?  Réfléchis
En fonction de la fée inspiration, bien sûr ... sunny
Ici, d'emblée, la photo et la phrase à insérer (incitative !)  m'ont ramené à un fait récent : à mon grand regret, j'ai du mettre un terme à la vie du seul chêne de notre modeste propriété parce que son ampleur portait ombrage (c'est le cas de le dire ! ) à mon potager. Mais cela n'a pas été sans débat avec ma moitié qui voulait conserver l'arbre et néanmoins apprécie fort l'apport de légumes dans nos plats quotidiens.
Quant au bélier, il est le fruit de mon imagination ... Pas tout à fait  cependant :  Jeannot et Pierrot, cousin et collègue, m'ont raconté  comment , par genoux et postérieurs interposés, ils ont pâti des assauts de leurs  béliers
ombrageux  !
Merci de vos coms pour cette histoire un peu hors sujet.

Et pour illustrer mon propos  une vidéo :
http://www.gentside.com/b%E9lier/il-fait-un-tete-a-tete-avec-un-belier_art52710.html
avatar
catsoniou
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : couci - couça

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De Brutus en Roméo

Message  July_C le Mer 25 Fév - 17:51

J'aime autant ta fiction que son explication !!!
Car même si fiction, c'est toujours tirée, quelque part au fond d'un sentiment ou d'une part de réalité.
Fée inspiration est très généreuse avec toi :-) :-)

Merci pour cette lecture !

_________________

D'une extimité à l'autre...
avatar
July_C
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : Bonne

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De Brutus en Roméo

Message  Admin le Mer 25 Fév - 20:39

une consigne très habilement détournée Quel talent
Quelques phrases un peu longues mais l'ensemble est agréable à lire , d'autant que la forme du texte est tout aussi agréable clap

_________________
Bonjour Invité, je suis heureuse de te compter parmi les Kaléïdoplumiens  flower

Admi...ratrice de vos mots!
avatar
Admin
Admin

Féminin Humeur : Concentrée

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De Brutus en Roméo

Message  Invité le Jeu 26 Fév - 14:04

Et bien Cats, ni toi, ni moi ne sommes des marins ! Ça se saurait. Et du coup, ça se voit à notre façon d'appréhender la consigne. 
Tu racontes tellement bien la guéguerre entre le chêne et le bélier que, encore une fois, on pense à l'illustre fabuliste à qui tu ne manques jamais de rendre hommage. Et tu t'y entends ! C'est enlevé, écrit facilement, bref, c'est très bon. 
Ah ! J'ai aimé le clin d'œil au merle blanc !  Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De Brutus en Roméo

Message  Nerwen le Dim 1 Mar - 11:31

Bravo Hors sujet ? Peut-être, c'est toi qui le dis. Mais c'est si bien raconté que j'applaudis bien fort. Chapeau pour l'introduction de la phrase imposée : c'est drôle et fait le lien avec la consigne.
Jean-Paul Sartre, victime d'une nausée à la descente du phare ébranlé par la véhémence d' Éole, n'écrivit-il pas : Pour que l'événement le plus banal devienne une aventure, il faut et il suffit qu'on se mette à le raconter ?
avatar
Nerwen
Modératrice consignes A

Féminin Humeur : Légère

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De Brutus en Roméo

Message  tobermory le Lun 2 Mar - 11:50

Au début, en imaginant la jument dans le phare, tu te places sur le terrain de l’humour débridé. Et contrairement aux autres texte, tu fais comme si le lecteur connaissait la consigne, qu’il n’est pas censé connaître. S’agissant d’humour et d’un texte qui s’adresse uniquement aux kalésiens, ce second degré en forme de clin d’œil est parfaitement admissible. Ensuite on a une fable très savoureuse, quoique sans morale.
Là où je trouve que ça pèche un peu, c’est dans l’articulation entre la présentation et l’histoire elle-même, à laquelle on passe brutalement. D’autre part, au lieu de la ressemblance avec le phare assiégé par les vagues était frappante, tu aurait pu en faire une métaphore mieux intégrée.
Quoiqu’il en soit, ce texte écrit dans un langage fleuri m’a bien fait rire. Mes passages préférés : le début avec la jument dans le phare, l’explication de l’état nauséeux de Sartre et encore coiffé de bois comme son cousin le cerf.


Et bien sûr, savoureux hors-sujet !
avatar
tobermory
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : Changeante

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum