De l'échoppe à l'abîme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Consigne De l'échoppe à l'abîme

Message  catsoniou le Mar 3 Mar - 13:58

Sur la placette, près de la fontaine, il y eut d'abord un cercle d'enfants désœuvrés en quête de distraction.  Avant le retour au bercail, ils avaient une petite heure dont ils pouvaient disposer sans encourir une engueulade pour baguenaudage excessif par des parents qui ne badinaient pas sur le respect des horaires à la sortie de l'école.

Le clocher, ils connaissaient, y compris la canne de l'abbé, caressant dos et jambes des galapiats enfreignant l'interdiction : seul, le ''méïriller'' (sacristain), par ailleurs père du Jeannot, était habilité à grimper au sommet pour déceler une éventuelle anomalie dans la mécanique des cloches. Non ! Il valait mieux éviter, une nouvelle fois, de défier  le curé Combretout …

Les tiges desséchées  du tabac de l'hiver passé, dépourvues de leurs feuilles parties en manoques (ballots de feuilles livrées à la SEITA), constituaient  une réserve de munitions, ou plus exactement de projectiles dont on se bombardait allègrement. Deux inconvénients cependant : après la bagarre, il fallait ranger le champ de bataille, tâche fastidieuse. Puis, il fallait panser les plaies, subir les remontrances de l'Yvonne à cause de cet abruti de cats,   réceptionnaire en pleine poire  d'une tige  dont sa lèvre tuméfiée témoignait encore de l'efficacité d'arme improvisée.    Non, ce n'était pas une bonne idée …

L'échoppe du Marcel, le cordonnier à la jambe de bois, on y était la veille. Un personnage, ce Marcel avec son pilon qui lui donnait un air de Long John Silver.  Il fabriquait encore des souliers sur commande et  ressemelait tous godillots râpés jusqu'à la corde  par la population du petit bourg et ça sentait bon le cuir, la poix et autres ingrédients mystérieux dont usait  le Marcel pour rafistoler les godasses avec dextérité. La langue du petit cordonnier fonctionnait bien aussi : les potins du bourg transitaient, non sans quelque modification par l'échoppe du cordonnier.

Il y  avait l'autre Marcel, mais ce jour-là, pas de goret à tuer,  donc pas de spectacle en perspective. Forcément, ce jour-là, le porc ne rigolait pas.  Les garçons impitoyables (mea culpa!) se marraient quand, sous une couche de paille, on roussissait les soies du cochon.

Quant à cette nouveauté, le baby foot chez l'autre Yvonne, en semaine, on ne pouvait y accéder.  Le dimanche après-midi, on ne voyait pas le temps passer. Grâce à l'ingéniosité d'un des galapiats et son petit couteau de poche, la séance était moins onéreuse, parce que les pièces de 20 francs, en 1955, on n'en avait pas plein les poches. Et d'ailleurs, les économies grignotées ici, serviraient chez la Victoria, à se payer quelques caramels.

Restait l'abîme qui restait un mystère. La petite troupe s'y précipita, non pas dans le gouffre, mais sur son périmètre, fort heureusement grillagé à hauteur suffisante pour interdire tout apprentissage hasardeux de la spéléologie.  Un jour faste, on se  promettait une expérience - il fallait un temps suffisant et un bon bidon de peinture, du bleu charrette peut-être ? -  l'eau ainsi teintée, en provenance du ruisseau, paraît-il,  circulait en souterrain  pour ressurgir trois kilomètres plus loin et s'appellerait alors le Soustre.  Les privilégiés, disposant d'un vélo, iraient vérifier la véracité de cette théorie, explicitée par l'instituteur.

Cette fois, il était temps de se disperser comme une volée de moineaux. Le cats, rêveur, cheminait le long du ruisseau. Yeux fermés, il comptait ses pas. A neuf ans, il pouvait compter jusqu'à mille et même au delà. Ce jour-là, il ne dépassa pas les cinquante, brutalement interrompu par une chute dans le ruisseau, sans autre dégât que des croquenots  embourbés et chaussettes itou qu'il convenait de laver et essorer pour éviter  une avanie de la maman, très regardante sur la détérioration des  fringues.


Dernière édition par catsoniou le Mer 4 Mar - 11:10, édité 1 fois
avatar
catsoniou
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : couci - couça

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De l'échoppe à l'abîme

Message  Sherkane le Mar 3 Mar - 20:12

De vrais garnements à la Pagnol sunny

Un texte très agréable à lire!
avatar
Sherkane
Modératrice écriture libre

Féminin Humeur : ....

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De l'échoppe à l'abîme

Message  Amanda. le Mer 4 Mar - 9:42

Ah oui, du vrai Pagnol pimenté d'une touche de " Guerre des boutons" je trouve avec toutes leurs inventions de garnements ! clap
avatar
Amanda.
Modératrice consignes A

Féminin Humeur : résolument drôle

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De l'échoppe à l'abîme

Message  catsoniou le Mer 4 Mar - 11:09

Comme c'est bizarre, j'ai dit bizarre ?   Surprised

Le titre initial s'est transformé en "ve" Qu'es-à-co ?

Je vais tenter de revenir à mon titre

Voilà, c'est fait !!!
avatar
catsoniou
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : couci - couça

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De l'échoppe à l'abîme

Message  July_C le Mer 4 Mar - 15:26

Te lire est souvent un vrai défi (dans le bon sens du terme) Smile
Première tentative de lecture, wow trop de mots que je ne connais pas, donc dictionnaire oblige.
Je survole ton texte, je cherche la définition des mots. A y'est c'est fait !
Après ce "dur labeur" je peux enfin découvrir ton texte...


...Qui est très agréable à lire ! Les images, les scènes, les personnages apparaissent très facilement dans mon imaginaire ! avec ces petits garnements à l'imagination débordante ! Tu t'es fait un peu héro de ton texte ou est-ce tiré de tes souvenirs d'enfance ?
En tout cas, y'a de la vie dans ce texte ! J'aime beaucoup !









_________________

D'une extimité à l'autre...
avatar
July_C
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : Bonne

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De l'échoppe à l'abîme

Message  catsoniou le Mer 4 Mar - 17:44

July_C écrit
Tu t'es fait un peu héros de ton texte ou est-ce tiré de tes souvenirs d'enfance ?

Les deux, July_C , les deux ... Héros malheureux qu'il fallait panser et souvenirs  avec des personnages disparus, réels en leur temps, dans un petit bourg assez regroupé du point de vue habitations et dans lequel il y  avait encore un café avec un baby foot, une épicerie - café , une échoppe avec son cordonnier à jambe de bois, un Marcel tueur de cochons, du tabac cultivé dans plusieurs fermes, un curé irascible, bref, tout est rigoureusement authentique jusqu'au ruisseau qui se perd dans une abîme pour resurgir après un passage en rivière souterraine (ce qui préfigure les curiosités naturelles à proximité (gouffre de Padirac, grottes de Lacave). Et le cats qui tombe à l'eau les yeux fermés, hélas, c'est très vrai ... Mais maintenant, quand il circule au bord d'un ruisseau, il garde les yeux bien ouverts !!!
Et pour la petite histoire, j'ai écrit ce texte en pensant à un ami d'enfance hospitalisé à qui son épouse m'a assuré par e-mail qu'elle transmettrait cette histoire où il était sérieusement impliqué ...

Et merci de vos coms ... Bisous
avatar
catsoniou
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : couci - couça

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De l'échoppe à l'abîme

Message  Invité le Ven 6 Mar - 12:01

Ton texte, avec ses personnages cocasses et ses scènes burlesques sent bon notre enfance corrézienne Cats. Tu n'as pas ton pareil pour ces narrations.
Quand tu parles de tabac...vous n'avez jamais eu l'idée, vous les galapiats comme tu dis, d'en fumer un peu ? 
C 'était notre truc quand on avait 8/10 ans. Mais comme le tabac ne pousse pas en moyenne Corrèze, nous fumions la "guidaube" (occitan sûrement mal écrit) Tu vois ce que c'est ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De l'échoppe à l'abîme

Message  Escandélia le Ven 6 Mar - 16:36

Les aventures héroïques et épiques de Cats ! un texte comme j'aime en lire, distrayant et authentique !
Yvanne a écrit:nous fumions la "guidaube"
et dire que maintenant c'est la daube qu'ils fument ! Déprimé
avatar
Escandélia
Modératrice consigne B

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De l'échoppe à l'abîme

Message  catsoniou le Sam 7 Mar - 6:44

@ Yvanne  :  la "guidaoubo" était également fumée par chez nous .  Elle avait même provoqué de sérieux troubles de santé chez certains jeunes utilisateurs.
Quant au tabac, il reste en fin de l'effeuillage (constitution des "manoques"" des feuilles séchées qui ont servi en période de disette et même plus tard (pour ceux qui n'étaient pas trop argentés) à constituer du mauvais tabac, mais je ne me souviens pas d'une telle expérience  parmi les gamins de l'époque ...
avatar
catsoniou
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : couci - couça

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De l'échoppe à l'abîme

Message  silhène le Sam 7 Mar - 16:54

Tu sais mieux que personne raconter ton pays, ses histoires, ton enfance de gamin de la campagne, et cette fois encore tu nous le prouves avec talent

clap
avatar
silhène
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : paisible

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De l'échoppe à l'abîme

Message  Pati le Sam 7 Mar - 18:22

je les ai façonnées longtemps, ces manoques Smile
elles portaient un autre nom, dans ma campagne, mais j'ai un trou de mémoire, je vais appeler mon oncle, pour voir s'il s'en souvient.

un texte agréable à lire, on apprend plein de choses, et ton utilisation de ton patois est ici particulièrement opportune, et sert élégament ton texte Smile
avatar
Pati
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : mouvante

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: De l'échoppe à l'abîme

Message  Nerwen le Sam 7 Mar - 19:03

Un récit autobiographique donc, il fallait y penser !
Tes récits sont toujours enrichissants par les allusions à ton terroir et ton écriture donne vie à des personnages hauts en couleurs.  clap

Heureux temps où les parents  ne badinaient pas sur le respect des horaires à la sortie de l'école. lol!
avatar
Nerwen
Modératrice consignes A

Féminin Humeur : Légère

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum