Au printemps, je rêvais.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Consigne Au printemps, je rêvais.

Message  Escandélia le Mar 17 Mar - 19:16




Au printemps de quoi rêvais-tu?

Je rêvais d’un marin dur à la discipline, sur un grand cuirassé du nom de Potemkine.
Un marin au cœur qui se burine aux vents et aux marées. Un vent qui porte la raison qui n’est pas toujours du côté du plus fort.
Il  portait la révolte sur les mers de ce monde avant de s’échouer sur une plage déserte où se regardaient deux enfants enlacés. Le soleil inondait leur visage pendant que les vagues  éclaboussaient de leur souffle leurs cheveux emmêlés. Ils tremblaient devant le miraculeux voyage.  Lorsque le vent s’est levé, une alouette dans le ciel est venue les frôler de ses  ailes, annonçant des milliers de printemps aux senteurs du mois de mai, de cerisiers en fleurs et de brins de muguet éclos sur le pavé.  
Au printemps, ils  se mirent à rêver que la vie sera belle. Que le partage sera grand et que  mille et un soleils  éclaireront de leurs feux des milliers d’enfants noirs qui n’auront plus les yeux tristes, la faim, la misère et la peur disparus à jamais. Dans ce plus bel écho de lendemains qui chantent, ils se prendront par la main,  pour  imaginer un  jour couleur d’orange  un jour de feuillage au front, un jour  comme un oiseau sur la plus haute branche.

Au printemps de quoi rêvais- tu ?

Je rêvais  que l’amour pouvait durer toujours au creux d’un même lit sans les doigts du malheur posés sur notre peau. Sans la guerre qui emporte les fils arrachés à leur mère et qui creuse les tombeaux.
Je rêvais d’un bonheur simple où chaque heure du jour qui passe   fait taire les canons, dissipant les brumes lointaines,  offrant à chacun l’ivresse d’un bonheur retrouvé loin du grand fracas. Toujours prêt à ouvrir ses bras comme si c’était toujours  la première fois.
Je rêvais de Lorca, de Desnos et de Maïakoski, enchantant nos dimanches. Debout la tête haute, en tête d’un immense cortège pour la paix, la liberté et la fraternité.
Je dansais à Cuba, le front dans le soleil, regardant au loin mes frères d’Amérique, les noirs de Harlem, les  paysans du Mexique et les indiens sur leurs terres retrouvées dansant dans la poussière au son de la musique dans la nuit étoilée.
A santiago,  Neruda n’avait plus peur. Le Chili longue terre où le vent frappe encore les étables s’éveillait d’un cauchemar immonde et célébrait Jara sur un air de guitare faisant danser les doigts sectionnés de l’artiste  sur des cordes d’artifices à la lumière retrouvée d’un gout de liberté.

Au printemps de quoi rêvais-tu ?

Je rêvais de Ma France aux genêts de Bretagne.  Aux senteurs de Provence. Ma France du journal qu’on vend un matin du dimanche  sur la place où on colle une affiche qui chante la belle, la rebelle pour briser les murs d’un vieux monde en déliquescence  et croquer l’amour comme une rouge pomme. Ma France qui chante si bien le nom des Camarades… Ma  France de la Commune au rouge sang mêlé de tous ses ouvriers. Ma France de l’histoire de 36 à 68 chandelles.
Ma France de la mémoire  d’Henri Martin couché sur les rails pour empêcher les trains en partance pour la mitraille, d’aller tuer là-bas, l’indépendance  d’un peuple qui rêvait d’un vrai soleil levant. Pendant que D’Ormesson voyait un air de liberté flotter sur Saïgon.

Au printemps de quoi rêvais-tu?

Je rêvais d’une place au soleil où de pauvres vieux séchaient sous les tilleuls pendant que d’autres rêvaient  d’un éternel printemps ininterrompu où Picasso faisait danser des colombes au bout de ses pinceaux en haut d’un olivier tout recouvert de feuilles.
Un rossignol chantait sur un air de musette tandis  que les joueurs de boules faisaient une triplette. Revenant de la pêche, Félicien se pressait dans un coin de l’auberge, présentant son butin  aux copains attablés devant un verre de pastis. Commençait  une soirée arrosée de bon vin  devant une friture toute fraiche.

Au printemps de quoi rêvais-tu?

Je rêvais que la nuit s’est éloignée du monde.  Je rêvais qu’il est temps que le malheur succombe. Et pour un dernier saut au domaine des songes, je rêvais de Ferrat révolté dans sa tombe, nous chantant aujourd’hui, cette  France  profonde,  qui   n’est plus qu’hécatombe  des piquants  d’une rose jusqu’aux crocs   d’une blonde.  
avatar
Escandélia
Modératrice consigne B

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Au printemps, je rêvais.

Message  catsoniou le Mer 18 Mar - 6:53

Ode aux thèmes des chansons de Ferrat, toujours si présents et qui n'ont pas fini de susciter la réflexion.

Consigne difficile que, pour ma part, j'avoue ne savoir par quel bout la prendre... avec ou sans réflexion préalable. Et si on ne ne parvient à écrire une seule ligne, la relecture s'avère aléatoire (lol)

Sinon, beau texte avec une dernière phrase réaliste et néanmoins lourde d'inquiétudes pour un futur bien incertain.

clap
avatar
catsoniou
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : couci - couça

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Au printemps, je rêvais.

Message  Admin le Mer 18 Mar - 9:43

Délia, ton texte est magnifique et jean ferrat l''aurait certainement adoré Premier

Je me suis demandé de quelle photo tu t'étais inspirée pour l'écrire? Je dirai celle des petits vieux moi.

Cats: merci ne ne pas insister sur cette fameuse relecture imposée , j'ai bien compris que vous étiez contre . L'expérience ne se renouvellera pas, personne n'aime tendre le bâton pour se faire battre !

_________________
Bonjour Invité, je suis heureuse de te compter parmi les Kaléïdoplumiens  flower

Admi...ratrice de vos mots!
avatar
Admin
Admin

Féminin Humeur : Concentrée

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Au printemps, je rêvais.

Message  Amanda. le Mer 18 Mar - 10:14

C'est un très beau texte qui englobe, à mon avis, les trois photos ainsi que l'ensemble de l'oeuvre de Ferrat.
Je dirais une excellente leçon de Français, d'histoire, de politique aussi et d'humanité enfin !
clap clap clap
avatar
Amanda.
Modératrice consignes A

Féminin Humeur : résolument drôle

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Au printemps, je rêvais.

Message  Escandélia le Mer 18 Mar - 11:43

Merci à vous 3 de vos coms.

Admin, je me suis inspirée de la première photo essentiellement. Le regard si profond de cette femme m'a particulièrement touché. J'y ai vu beaucoup de souffrance et d'amertume. J'ai pensé aux yeux d'Elsa. La condescendance de son compagnon m'a émue, j'ai pensé à Ferrat lui même et à sa promptitude à dénoncer l'inacceptable, avec cette magnifique conclusion d'un printemps ininterrompu. Mais comme le souligne Amanda on peut aussi retrouver un peu des autres deux clichés. En particulier au travers de 400 enfants noirs. Pour ne rien vous cacher, j'attendais cette consigne et j'ai été ravie de l'inaugurer. J'étais même impatiente.
Il est vrai que j'aurais pu joindre aussi la photo.

Cats, où trouver l'espoir désormais ? Je m'interroge beaucoup et ne le vois pas chez nous, en tout cas, pas tout de suite. Des jours bien sombres se profilent encore à l'horizon ! Bien que , n'y a -t-il pas un proverbe (Arabe, je crois) qui dit que c'est lorsque la nuit est la plus noire que l'aube est la plus proche ? Reste la question de savoir quand la nuit est la plus noire. Et puis en aparté, je suis sûre que tu vas trouver rapidement l'inspiration pour cette consigne. Ferrat ne peut pas ne pas t'envoyer de message, pas à toi !
avatar
Escandélia
Modératrice consigne B

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Au printemps, je rêvais.

Message  Amanda. le Mer 18 Mar - 15:32

Et je rappelle ( comme je le dis dans mon livre : " Il pleut toujours plus fort sur ceux qui sont déjà mouillés"
avatar
Amanda.
Modératrice consignes A

Féminin Humeur : résolument drôle

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Au printemps, je rêvais.

Message  Escandélia le Mer 18 Mar - 16:14

et bien c'est vrai, je l'ai constaté aussi !
avatar
Escandélia
Modératrice consigne B

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Au printemps, je rêvais.

Message  Myriel le Jeu 19 Mar - 17:36

C'est Ferrat, c'est la France, c'est le monde,c'est l'espoir, c'est la révolte qui gronde pour supprimer les inégalités, c'est tres beau, c'est bien écrit, on se laisse porter par tes mots, tes images.

Juste envie de te dire merci pour ce texte, merci et encore merci
avatar
Myriel
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : Girouette

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Au printemps, je rêvais.

Message  July_C le Jeu 19 Mar - 18:58

Ferrat n'a malheureusement pas fait partie de mon éducation ni de ma culture et je ne me rends pas bien compte de la force que tes mots peuvent avoir.

Cependant, j'ai beaucoup aimé ton texte. Autant pour ces rêves - en forme de révolte et d'espoir - qui touchent en plein coeur l'histoire de l'humanité.
Il y a dans tes mots, à plusieurs passages, de jolies images que cela formerait une petite "proésie". Cela a mis en valeur la force de tes mots.

Et je rejoins Myriel. MERCI !

_________________

D'une extimité à l'autre...
avatar
July_C
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : Bonne

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Au printemps, je rêvais.

Message  Nerwen le Jeu 19 Mar - 19:29

Superbe ! J'ai beaucoup aimé ! Quel talent Quel talent Quel talent
avatar
Nerwen
Modératrice consignes A

Féminin Humeur : Légère

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Au printemps, je rêvais.

Message  Charlotte le Jeu 19 Mar - 21:53

Très très beau texte .

Charlotte
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Au printemps, je rêvais.

Message  Escandélia le Sam 21 Mar - 10:33

Merci à tous, vous m'enchantez !
Myriel, July, Ferrat a tant fait partie de ce que nous sommes et avec tellement de simplicité. De mes années jeunesse jusqu'à aujourd'hui, Ferrat c'est ma vie, et comme l'a dit un interprète occasionnel récemment, il faisait partie de la famille.
Nerwen, Charlotte, je suis également très sensible à vos mots. Merci.
avatar
Escandélia
Modératrice consigne B

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Au printemps, je rêvais.

Message  Admin le Sam 21 Mar - 11:06

Comme je te comprends Delia. Le jour où j'ai appris sa mort par la radio, j'ai pleuré, c'est la première fois que je pleure en apprenant la mort d'un artiste ( à part Coluche)
Sa personnalité, sa voix, sa poésie, sa colère et sa sensibilité me touchaient au coeur et nul autre que lui n'a su aussi bien chanter Aragon.
Et chaque fois que j'entends "que la montagne est belle" je me dis qu'il a mis en mots ce que je ressens lorsque je suis dans ma montagne à moi Smile

_________________
Bonjour Invité, je suis heureuse de te compter parmi les Kaléïdoplumiens  flower

Admi...ratrice de vos mots!
avatar
Admin
Admin

Féminin Humeur : Concentrée

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Au printemps, je rêvais.

Message  trainmusical le Lun 23 Mar - 5:06

Tout a été dit sur ce texte, je rajoute que j'ai beaucoup aimé ces rêves dans le contexte historique.
Bravo bravo Délia.

_________________
Bonjour Invité. Le festoyeur te souhaite un bel été  sunny  sunny  sunny    
avatar
trainmusical
Festoyeur

Masculin Humeur : à vous de juger :-)

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Au printemps, je rêvais.

Message  Escandélia le Lun 23 Mar - 8:26

Re merci Admin. Je me souviens :
Dans les semaines qui ont suivies la disparition de Ferrat, le weeck end de Paques, nous étions en Auvergne. A deux pas de chez une de mes soeurs, la petite commune de Saint Maurice es Allier organisa une expo intitulée : Jean des Sources, Jean des Encres. Quelle ne fut pas notre hâte de découvrir cette exposition, toute la famille ! Nous avons pu discuter avec des proches du chanteur, en toute simplicité, ma France au coeur, à jamais.
Train : merci d'être venu poser tes mots sur mon texte.
Pour ce texte, j 'ai pratiqué comme d'habitude, c'est à dire j'ai écrit, relu plusieurs fois, à voix haute, j'ai retouché, supprimé, rajouté, ajusté. Comme ce n'était pas l'heure de poster, j'ai patienté sans le retoucher, sans le relire puis impatiente je vous l'ai livré. Le thème m'inspirait beaucoup. Peut être que si cela n'avais pas été le cas, j'aurais fait différemment. Alors vos commentaires à tous, sont ma récompense et sincèrement, pour moi ils sont chose précieuse.
avatar
Escandélia
Modératrice consigne B

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum