A: Satisfaction de pendule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Consigne A: Satisfaction de pendule

Message  catsoniou le Mer 2 Sep - 8:37

A côté du vieux téléphone, des feuillets épars rappellent l'armoire  du grenier, Roger la Honte voisinant avec Alain La Foudre ou des feuilletons à quatre sous. Contre le mur, il y avait la maie à demi emplie de ''balles'' d'avoine, les meilleures pour conserver les pommes rouges du pré, celles qui sont si acides tant que l'hiver ne les a pas adoucies.

Se doute-t-il, Gérard, en nous invitant ma sœur et moi, à pénétrer en  sa demeure qu'il va  ressusciter en nous des souvenirs enfouis au plus profond de notre âme : 40 ans déjà que la maison familiale a été vendue par la fratrie à la suite du décès de la mère. Le maître des lieux  dévide lui aussi les trente années passées, quand il a repris cette ferme derrière le premier acheteur qui avait laissé en plan les travaux de rénovation.

A peine si j'entends les descriptions des étapes de transformation  narrées par  notre hôte.  J'ai du glisser dans une faille temporelle …  Je revois ce grand chambardement  de l'été 1974.

En harmonie quasi complète, les neufs héritiers, flanqués  pour la plupart de leurs conjoints, voire de leurs enfants étaient là pour se partager  mobilier, vaisselle, linge, bibelots  et autres objets hétéroclites.  Le reste - les vieilleries ! - seront entassées dans le jardin en friches pour y finir leur vie dans un grand feu.  

Parmi elles, les godasses entassées pêle-mêle dans un renfoncement du grenier. Les anciens, ceux qui ont connu la guerre, racontent aux plus jeunes l'inconfort des souliers montés, brodequins à semelles de bois qu'il fallait ménager pour éviter le courroux de la mère en cas de détérioration  des effets  par des enfants turbulents.

Les domestiques étaient, paraît-il, logés dans le ''chambrou'' aux cloisons en torchis. Mais c'était avant, du temps des Breuil, ces paysans aisés qui vendaient pendant la guerre de 14,  maison et terres  à l'audacieuse  grand-mère paternelle. Dans ce galetas obscur,   un emplacement vide : la grande scie de l'oncle,  scieur de long,  que je convoitais depuis si longtemps,  a disparu. Vendue par la mère à un brocanteur, pour pallier aux difficultés financières quelques années plus tôt pendant la maladie du père.

Tout comme le rouet qui trônait sur le buffet de la salle à manger dont j'ai toujours ignoré la provenance. En revanche, la machine à tricoter et ses accessoires sont réservés d'office à Mémaine -celle qui m'accompagne  chez nous, enfin chez Gérard … Dame ! La priorité lui est due : elle  mène les pourparlers pour la vente et la succession !

Non !  On ne le sait pas encore : le partage du jour n'a pas valeur de jugement intemporel. Les meubles dispatchés ici et là, chez l'un ou l'autre des  héritiers,  reviendront à  proximité  de la  ferme  familiale, plus exactement dans une maison peut-être aussi ancienne,   chez le cats , et ceci pour des raisons diverses, essentiellement parce que ce mobilier s'intègre mal dans les maisons et appartements modernes.  

Si vous demandez son avis  à l'antique pendule, là,  derrière mon dos, qui me berce de son tic-tac lancinant, elle avouera une certaine satisfaction : le cats, sur conseils éclairés d'André, un ancien de la commune (90 ans !), ajustera aiguilles et balancier presque pile poil, au point de rendre jaloux l'ordinateur et son heure électronique.

Non,  en ce jour de visite nostalgique, Mémaine n'en connaît pas l'échéance exacte, mais elle sait qu'elle va prochainement bénéficier de son ultime  droit de priorité. Elle l'appelait sa maison de campagne et y  avait consacré une partie de ses économies. Aujourd'hui, elle repose dans le caveau familial aux côtés des parents et grands-parents …

Et le cats, en ce 21ème siècle,  est  entouré de mobilier et objets qui l'ont vu naître, tels la pendule.  Après des pérégrinations chez l'un ou l'autre de la fratrie, ils  sont revenus à proximité de la faille de Meyssac *.
 
Quant à la  faille temporelle, la cats peut donc  y glisser tout à loisir. Et en compagnie : la fille de Mémaine, en difficulté familiale ces temps-ci, vient régulièrement partager le pain et les loisirs, retrouvant ainsi  des meubles connus dans sa petite enfance, plus tard chez sa mère, aujourd'hui chez le ''tonton''.   

- Pardon, vous disiez, Gérard ?
- Pas d'histoire, vous restez déjeuner avec moi !

Ainsi,  cette  visite nostalgique s'acheva  autour de la table, à l'endroit même où pendant notre enfance respective -14 ans nous séparaient- Mémaine et moi, nous prenions nos repas …
* voir couci-couça, la faille
avatar
catsoniou
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : couci - couça

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: Satisfaction de pendule

Message  Escandélia le Mer 2 Sep - 10:05

La nostalgie des choses anciennes, des temps anciens, des joies passées, je connais. Je connais aussi  (grâce à la jubine*) les joies du partages et de la succession ! je préfère cette approche de la consigne à la précédente qui bien qu'intéressante ne s'accordait pas tout à fait avec le sujet, tel que moi je l'avais compris.

pour ceux qui ne suivent pas le feuilleton familial, la jubine, c'est ma belle soeur !
avatar
Escandélia
Modératrice consigne B

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: Satisfaction de pendule

Message  plumentete le Mer 2 Sep - 10:36

Et bien voilà Cats, tu t'en es très bien sorti! On s'y voit tout à fait dans cette maison et j'imagine avec toi, le voyage de ces divers objets jusqu'à leur retour chez toi. Bravo et merci de t'être prêté au jeu. Bravo
avatar
plumentete
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : heureuse attentive

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: Satisfaction de pendule

Message  Admin le Mer 2 Sep - 14:52

Bravo Cats, tu nous as pris au mot et tu a écrit une nouveau texte tenant compte de la photo.
Et tu as très bien, j’aime beaucoup, beaucoup ce texte là clap

_________________
Bonjour Invité, je suis heureuse de te compter parmi les Kaléïdoplumiens  flower

Admi...ratrice de vos mots!
avatar
Admin
Admin

Féminin Humeur : Concentrée

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: Satisfaction de pendule

Message  virgul le Mer 2 Sep - 19:09

Moi j'aime beaucoup aussi, et à te lire je redécouvre sans cesse des mots peu utilisés aujourd'hui tels que "la maie, les brodequins, le galetas" , ils contribuent si bien à nous transporter dans le passé !

virgul
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : optimiste

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: Satisfaction de pendule

Message  silhène le Jeu 3 Sep - 19:53

On découvre un nouveau pan de ta vie, de ton pays, que tu sais toujours si bien nous raconter.
Des souvenirs, de l'émotion aussi.... Plain
avatar
silhène
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : paisible

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: Satisfaction de pendule

Message  Mesange le Ven 4 Sep - 23:55

J'aime quand tu nous parles des objets anciens, on sent que c'est du vécu. Et puis, j'aime bien ta faille temporelle à souhait.... tous ces objets qui dispatchés dans un premier temps se retrouvent, quelle étonnante coïncidence. Il faut croire qu'ils ont encore des choses à se raconter.
avatar
Mesange
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : ciel bleu, quelques nuages de passage

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum