A. Déjà mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Consigne A. Déjà mort

Message  plumentete le Mer 8 Juin - 12:49

Ils ont fait ce qu’ils pensaient juste et j’ai fait ce que je pensais juste
et je vais continuer. Vous pouvez instaurer un dialogue avec moi, vous pouvez m’envoyer qui vous voulez, ça ne changera rien. Ma décision est prise et j’irais jusqu’au bout, sachez que si vous arrivez à m’en empêcher aujourd’hui, je recommencerais et je réussirais.

La police et la justice ont fait ce qu’elles pensaient juste et elles continueront, je ne peux pas les en empêcher, je ne récuse même pas leur travail et leur décision. C’est ainsi, nous sommes tous allés au bout.
Je l’ai tué, monsieur, oui je l’ai tué. Je ne nie pas les faits, je ne nie pas et je vais vous expliquer encore une fois. J’ai tué mon fils parce qu’il était déjà mort. Oui, déjà mort.
Avant il souffrait, il se débattait contre sa souffrance et il voulait s’en sortir et moi je me battais avec lui. Ça, c’était il y a longtemps, 18 ans monsieur, 18 ans.

Il y a 18 ans, il avait mal et se faisait du mal et moi, je le croyais quand il disait qu’il voulait s’en sortir et je me battais avec lui. Je l’écoutais, je lui parlais, je cherchais avec lui ; les médecins et les psy, les institutions et les activités pour l’aider, lui changer les idées, l’occuper, le sevrer, le valoriser, favoriser, accompagner l'expression de sa souffrance, la dépasser et l’expulser hors de lui.
Oui monsieur, j’ai cru à tout ça, j’ai fait tout ça pour lui, parce qu’une mère va au bout de son énergie, au bout de sa vie pour son enfant et même adulte, il reste mon enfant. Même mort, il reste mon enfant.

J’ai fait tout ça, je l’ai suivi la nuit pour le protéger, je l’ai couché au petit matin quand il ne pouvait même plus monter les marches et se déshabiller, je l’ai réveillé pour qu’il ne rate pas ce rendez-vous si important pour lui, accompagné dans les couloirs de tous les hôpitaux et services sociaux, je l’ai accompagné au bout de son errance et de son désespoir parce qu’il y avait encore une étincelle, encore une lueur, encore un sursaut.
Mais depuis plusieurs années, il n’y a plus la moindre étincelle, la moindre lueur, le moindre sursaut, depuis plusieurs années, c’est la descente et la déchéance, juste la déchéance dans laquelle il se vautre. J’ai été patiente, j’ai espéré un regain d’énergie et d’envie mais je ne pouvais plus attendre. Je ne pouvais plus espérer, ce n'était plus mon fils, il était devenu un autre, la drogue nous a tout pris.

Mon fils était déjà mort, plus de volonté, plus d’énergie, plus de désir, la mort psychique, moi je lui ai donné le dernier sursaut, je l’ai libéré de sa prison et j’ai ouvert la porte de la mienne. Vous avez fait votre job en m’arrêtant. D'ailleurs je vous ai attendu pour vous expliquer mon geste et parce que je vais jusqu’au bout de mes décisions et de mes actes.
J’ai tué mon fils d’un coup de fusil quand il est rentré à la maison, après plusieurs jours d’absence, les yeux hagards, totalement défoncé par une série de shoots. L’héroïne avait déjà fait de lui un mort-vivant, je nous ai délivré et maintenant, laissez-moi aller au bout.
Je vous ai laissé faire votre travail, ce n'est pas pour finir en prison. La prison, je l'ai déjà connu. J’irais rejoindre mon fils et pour cela, je vais sauter, je vais m’envoler dans le vide, comme il s’envolait dans le néant de sa came.

- Madame, non, ne sautez pas, noooon
- Trop tard, monsieur, la mort m’attend.

Ce furent ses derniers mots, elle a sauté, dans sa main, elle avait la photo de son fils


Dernière édition par Feuilledethé le Mar 28 Juin - 21:06, édité 3 fois
avatar
plumentete
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : heureuse attentive

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. Déjà mort

Message  catsoniou le Mer 8 Juin - 16:52

Terrible ... Ce récit est terrible et criant de vérité  ...  Prosterne

Pourquoi faut-il que des gens s'adonnent à la drogue à ce point,  à  non seulement  se détruire, mais faire tant de mal à leur proche entourage ?

Devant un tel échec, on comprend le geste de la maman .
avatar
catsoniou
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : couci - couça

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. Déjà mort

Message  Cara1234 le Mer 8 Juin - 20:32

Avoir tant de courage pour abattre son fils de sang froid.
L'amour d'une mère pourrait être aussi poussé.
Au contraire, son amour pour lui ne l'empêcherait il pas de tirer ?
Je m'interroge sur ce texte bien écrit.

_________________
Dans la vie, il y a des haut Smile , il y a des bas Sad , moi, je préfère les ébats <3
avatar
Cara1234
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : Badine

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. Déjà mort

Message  plumentete le Mer 8 Juin - 21:46

plumentete a écrit:

Ils ont fait ce qu’ils pensaient juste et j’ai fait ce que je pensais juste et je vais continuer. Vous pouvez instaurer un dialogue avec moi, vous pouvez m’envoyer qui vous voulez, ça ne changera rien. Ma décision est prise et j’irais jusqu’au bout, sachez que si vous arrivez à m’en empêcher aujourd’hui, je recommencerais et je réussirais.

La police et la justice ont fait ce qu’elles pensaient juste et elles continueront, je ne peux pas les en empêcher, je ne récuse même pas leur travail et leur décision. C’est ainsi, nous sommes tous allés au bout.
Je l’ai tué, monsieur, oui je l’ai tué. Je ne nie pas les faits, je ne nie pas et je vais vous expliquer encore une fois. J’ai tué mon fils parce qu’il était déjà mort. Oui, déjà mort.
Avant il souffrait, il se débattait contre sa souffrance et il voulait s’en sortir et moi je me battais avec lui. Ça, c’était il y a longtemps, 18 ans monsieur, 18 ans.

Il y a 18 ans, il avait mal et se faisait du mal et moi, je le croyais quand il disait qu’il voulait s’en sortir et je me battais avec lui. Je l’écoutais, je lui parlais, je cherchais avec lui ; les médecins et les psy, les institutions et les activités pour l’aider, lui changer les idées, l’occuper, le sevrer, le valoriser, favoriser, accompagner l'expression de sa souffrance, la dépasser et l’expulser hors de lui.
Oui monsieur, j’ai cru à tout ça, j’ai fait tout ça pour lui, parce qu’une mère va au bout de son énergie, au bout de sa vie pour son enfant et même adulte, il reste mon enfant. Même mort, il reste mon enfant.

J’ai fait tout ça, je l’ai suivi la nuit pour le protéger, je l’ai couché au petit matin quand il ne pouvait même plus monter les marches et se déshabiller, je l’ai réveillé pour qu’il ne rate pas ce rendez-vous si important pour lui, accompagné dans les couloirs de tous les hôpitaux et services sociaux, je l’ai accompagné au bout de son errance et de son désespoir parce qu’il y avait encore une étincelle, encore une lueur, encore un sursaut.
Mais depuis plusieurs années, il n’y a plus la moindre étincelle, la moindre lueur, le moindre sursaut, depuis plusieurs années, c’est la descente et la déchéance, juste la déchéance dans laquelle il se vautre. J’ai été patiente, j’ai espéré un regain d’énergie et d’envie mais je ne pouvais plus attendre. Je ne pouvais plus espérer, ce n'était plus mon fils, il était devenu un autre, la drogue nous a tout pris.

Mon fils était déjà mort, plus de volonté, plus d’énergie, plus de désir, la mort psychique, moi je lui ai donné le dernier sursaut, je l’ai libéré de sa prison et j’ai ouvert la porte de la mienne. Vous avez fait votre job en m’arrêtant. D'ailleurs je vous ai attendu pour vous expliquer mon geste et parce que je vais jusqu’au bout de mes décisions et de mes actes.
J’ai tué mon fils d’un coup de fusil quand il est rentré à la maison, après plusieurs jours d’absence, les yeux hagards, totalement défoncé par une série de shoots. L’héroïne avait déjà fait de lui un mort-vivant, je nous ai délivré et maintenant, laissez-moi aller au bout.
Je vous ai laissé faire votre travail, ce n'est pas pour finir en prison. La prison, je l'ai déjà connu. J’irais rejoindre mon fils et pour cela, je vais sauter, je vais m’envoler dans le vide, comme il s’envolait dans le néant de sa came.

- Madame, non, ne sautez pas, noooon
- Trop tard, monsieur, la mort m’attend.

Ce furent ses derniers mots, elle a sauté, dans sa main, elle avait la photo de son fils
.
avatar
plumentete
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : heureuse attentive

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. Déjà mort

Message  Amanda. le Jeu 9 Juin - 11:04

Un texte qui traite de la désespérance, bien ancré hélas dans la société actuelle.
Je m'interroge sur ce coup de fusil, une mère abattre de sang-froid ou alors de sang-chaud son propre enfant ?
Une mère va jusqu'au bout de son énergie, écris-tu...
Il lui en fallu pour commettre un tel geste.

Plumentête, ton texte est poignant, interpellant, il ne peut nous laisser indifférent ! Quel talent
avatar
Amanda.
Modératrice consignes A

Féminin Humeur : résolument drôle

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. Déjà mort

Message  Osi le Jeu 9 Juin - 11:16

Comment ? Tuer son fils pour l'arracher à la drogue ? Shocked
Ça me laisse perplexe...
Ne peut-on pas garder espoir ? Même après 18 ans ? Même après qu'il ait changé ?
Un meurtre reste un meurtre...
avatar
Osi
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : Variable

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. Déjà mort

Message  plumentete le Jeu 9 Juin - 11:38

Merci de vos commentaires. En lisant cette consigne je me suis demandée ce que j'allais bien pouvoir écrire et j'avais très envie de participer (je me trouve trop absente sur Kalé et pour une fois que j'avais un peu de temps pour participer, pas question de remettre ça pour cause de sujet trop difficile). Je me suis alors interrogée sur les motifs qui peuvent entraîner un suicide, certains ne m'intéressaient pas, d'autres étaient déjà traités...bref, l'idée de l'infanticide m'est venu et j'ai voulu en faire un texte. Je me doutais bien que mon texte allait faire réagir et tant mieux, si on ne réagit pas sur ce genre de sujet, ce serait presqu'inquiétant.
Après si l'idée d'écrire un texte sur le suicide et l'infanticide m'est venue, c'est bien parce que ça existe (les faits divers sont là pour nous le rappeler (les liens suivants vous renvoient sur des journaux relatant deux faits divers de cet ordre:
http://www.leprogres.fr/faits-divers/2012/11/28/elle-tue-son-fils-toxicomane-par-peur-de-nouvelles-violences

http://www.liberation.fr/france-archive/1995/01/12/une-mere-mireille-liberas-tue-son-toxico-de-fils_120261

Donc, oui c'est possible d'en arriver là, après la justice est là pour rendre son verdict. Dans ce texte, je ne cherche pas à prendre parti, j'avais juste envie d'interpeller et d'essayer de comprendre ce qui peut se passer dans la tête d'une mère qui en arrive là, au delà de cet infanticide, je rappelle qu'elle se suicide après son crime (en tout cas dans mon texte)

Pour répondre à Osi, Un meurtre reste un meurtre, c'est certain. Garder espoir, je ne crois pas que ça serve à quelque chose, de mon point de vue, le plus efficace pour ne pas en arriver à commettre ce meurtre, c'est de se détacher de la situation et de la personne...
avatar
plumentete
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : heureuse attentive

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. Déjà mort

Message  Myrte le Jeu 9 Juin - 12:09

Un texte très fort qui nous remue.

Tout est dans le titre, il était déjà mort.

Cette mère l'a aidé tant qu'elle a pu,  jusqu'à la mort pour mettre fin à ses souffrances.  

Nous ne savons pas jusqu'où nous pourrions aller en tant que mère, ça questionne.

Myrte
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : Curieuse

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. Déjà mort

Message  AlainX le Jeu 9 Juin - 12:48

Une histoire racontant le désespoir total.
Une fiction ? mais on la trouve dans la réalité....
Et même pire encore...
(j'ai suffisamment côtoyé le monde judiciaire pour le savoir....)

Tout jugement de la mère est hors de propos, puisqu'elle met fin à ses jours, elle interrompt 'l"action publique".
(quoique le texte n'est pas claire sur ce sujet : le suicide sui-il une condamnation pénale ? ou non encore intervenue ? flou volontaire ? ou maladresse du déroulé des faits de la procédure ?)

Quoiqu'il en soit, l'enchainement des actes primaires est juste.
Elle ne peut survivre à l'invivable d'u échec total.... (vécu ainsi.....)
Donc bonne utilisation du conflit individu/société.

Bien écrit en plus ....
Prenant ....

Prosterne
avatar
AlainX
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : stable

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. Déjà mort

Message  plumentete le Jeu 9 Juin - 13:49

@ Alainx, on peut penser que le drame intervient après la condamnation et avant son exécution, au moment où la police vient la chercher chez elle pour l'emmener en détention, c'est ainsi que je le pense en tout cas.
Merci de ton analyse, et merci du compliment Smile
avatar
plumentete
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : heureuse attentive

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. Déjà mort

Message  Escandélia le Ven 10 Juin - 11:47

Contrairement aux autres questionnements, je pense, moi, qu'une mère est capable d'aller assez loin pour libérer son enfant d'une souffrance extrême. Ici assez loi, c'est la libération suprême de l'un et de l'autre. Le bout du bout du bout, c'est le désespoir et l'absence de rémission pas plus que d'autres perspectives que l'ultime saut.
Comme l'incipit le suggère, faire ce que l'on croit bon de faire, ce n'est pas toujours faire le mieux, c'est parfois aussi le pire . Je voudrais dire aussi que je pense qu'il faut du courage, beaucoup, pour y parvenir. Ce sujet nous interpelle et c'est normal. Dans le texte de Plume, cette mère franchit un pas terrible, comme elle le dit et l'explique, il n'y avait plus d'ici et son fils était déjà mort. Par contre c'est aussi un choix de le retrouver, ailleurs, car selon ses croyances, c'est ce à quoi elle aspire en se donnant la mort. *C'est un texte terrible et qui remue. Mais comme tu le dis, Plume, cela existe pourtant !
Chapeau bas d'avoir était aussi loin dans notre interpellation.Prosterne
avatar
Escandélia
Modératrice consigne B

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. Déjà mort

Message  Sherkane le Sam 11 Juin - 8:17

Un texte fort et poignant.
Une mère/une femme impuissante à aider son fils/conjoint à s'en sortir. Je pense effectivement comme toi dans un de tes commentaire que l'autre alternative au geste désespéré de cette mère est de se détacher et de s'éloigner de l'autre. Pour se sauvegarder soi.

J'ai une amie qui vit ce type de situation avec son fils en pleine dépression qui n'arrive pas à s'en sortir. Et cette amie cela la ronge car elle ne sait comment l'aider.
avatar
Sherkane
Modératrice écriture libre

Féminin Humeur : ....

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. Déjà mort

Message  tobermory le Sam 11 Juin - 22:02

On peut discuter sur la vraisemblance de l’acte de la mère, mais ce texte, avec ses répétitions expressives, a beaucoup de force
Par contre, les trois dernières lignes me semblent de trop
avatar
tobermory
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : Changeante

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum