A - Le chemin aux ornières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Consigne A - Le chemin aux ornières

Message  catsoniou le Ven 9 Sep - 16:46

Imperturbable, le château de Turenne domine la ligne d'horizon. Dans le pré en bas, la rangée de pommiers dont celui du milieu porte les pommes rouges. Celles qu'on range dans la vieille maie du grenier. Recouvertes de balle d'avoine, en fin d'hiver, leur saveur enchantera nos palais.

Au fond du pré, si l'herbe dessine un arc de cercle, il y a peut-être des champignons de mars. Plus loin, dans le bosquet, y a-t-il encore, gravé au canif, le prénom de ma première amourette ? Sur le chemin empierré, les ornières  sont comblées en hiver, vestige des corvées féodales. Le paysan est redevable des ''prestations'', sorte d'impôt communal.

C'est au bord de ce chemin que le père Bouyssou adressera ses derniers mots aux trois petits C. On le retrouvera noyé dans la mare de la Maria. Simulacre de suicide qui tourne mal ?  On ne saura jamais.

C'est aussi sur ce chemin que passe le corbillard tiré par un cheval, précédé du curé et deux enfants de chœur. Dans le cortège funèbre, je suis, porteur d'un des quatre coins  du drap mortel. Dans le cercueil, un bébé de six mois, avec qui je ne jouerai jamais. Jeune marié, sur ce même parcours, j'accompagnerai tour à tour, papa et maman, à leur dernière demeure.

J'ai sept ans. Impatient, j'attends  le père au volant de  la camionnette. C'est sa première voiture.   Elle amènera veaux et cochons à la foire. Et le jour venu, on sera une flopée de gamins, brinquebalés à l'arrière de l'antique Renault. On recevra  chacun sa calotte : c'est la confirmation, moment ultime de mon éducation religieuse.

Hésitation : au bout du chemin, tourner à gauche ou à droite ? A gauche, il y a Rosiers, plus loin, l'école primaire qui clôturera   ma scolarité. A Rosiers, il y  avait ''La Muette'', enfin Mademoiselle Treuil. Méchante comme une  teigne, elle rapportait nos facéties de gamins à l'instituteur.   A quelques pas, il y  avait l'Anna, maman de Ferdinand, le tueur de cochon. Anna, c'était la crème des femmes et tout à côté, il y  avait la Marie et sa voix de stentor qu'on entendait depuis notre maison à 400 mètres.

Le plus longtemps, j'ai tourné à droite.  Le chemin conduisait à ma première maîtresse. Celle qui enseignait écriture et lecture. Aux  deux croix, La Rhue et Richert,   avec ma sœur, fils de paysans, mais élèves disciplinés,  alternativement, on  causait patois ou français.

400 mots

... Et le château est toujours là  !


avatar
catsoniou
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : couci - couça

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A - Le chemin aux ornières

Message  Adrienne le Ven 9 Sep - 16:58

ça sent bon la campagne d'autrefois :-)
il ne manque que la photo du château!

_________________
L'essentiel est invisible pour les yeux
Le petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry
avatar
Adrienne
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : brouillonne

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A - Le chemin aux ornières

Message  Admin le Ven 9 Sep - 17:59

Comme si on y était clap
Bravo, très joli texte.
Adrienne: il me semble que sur la photo on voit le château au loin, il faut l'agrandir (la photo, pas le château Wink )

_________________
Bonjour Invité, je suis heureuse de te compter parmi les Kaléïdoplumiens  flower

Admi...ratrice de vos mots!
avatar
Admin
Admin

Féminin Humeur : Concentrée

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A - Le chemin aux ornières

Message  Martine27 le Ven 9 Sep - 18:53

Dans la simplicité de ces souvenirs on retrouve un peu la chanson de Piaf "les trois cloches"

_________________
Martine27
http://moncarnetamalices.eklablog.com
avatar
Martine27
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : Carpe diem

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A - Le chemin aux ornières

Message  Escandélia le Ven 9 Sep - 18:59

Premières pommes blettes, premiers champignons, première amourette et première maitresse (d'école !) Oeil au beurre noir et de fil en aiguille la vie qui déroule son chapelet. Cela en fait des pas dans une vie, cela en fait surement plus de 400 !
avatar
Escandélia
Modératrice consigne B

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A - Le chemin aux ornières

Message  catsoniou le Sam 10 Sep - 8:42

Martine évoque :


les trois cloches"

Parmi les souvenirs, il y  a  le glas qu'on sonnait pour un décès. Et alors, on s'interrogeait : qui c'est ?
Et lors des obsèques, on disait que les cloches "débranquaient", c'est à dire qu'elles sonnaient à toute volée. Etait-ce le tocsin ?
avatar
catsoniou
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : couci - couça

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A - Le chemin aux ornières

Message  virgul le Dim 11 Sep - 16:05

Un nouveau mot collectionné pour moi, la maie: meuble rustique pour la conservation de la farine.
Ton texte m'a enchanté, de jeunesse, de fraîcheur et d'amour pour ces endroits que tu décris si bien. Un texte aussi agréable à parcourir que tes sentiers.

virgul
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : optimiste

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A - Le chemin aux ornières

Message  silhène le Dim 11 Sep - 19:43

Des scènes légères, d'autres tristes, et toujours cette impression en te lisant, de parcourir ton pays et ses secrets  que tu racontes si bien clap
avatar
silhène
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : paisible

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A - Le chemin aux ornières

Message  Mesange le Lun 12 Sep - 21:17

J'ai aimé lire ton texte aux phrases courtes et évocatrices. J'aime comme tu décris chaque chose à la fois avec simplicité et avec poésie.
avatar
Mesange
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : ciel bleu, quelques nuages de passage

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A - Le chemin aux ornières

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum