A. L'institutrice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Consigne A. L'institutrice

Message  Sherkane le Jeu 30 Mar - 21:27

Lorsque le soir s’en vient la journée d’Adèle n’en est pas finie pour autant. Assise à son bureau elle aime ce moment où ses élèves quittent la salle de classe. Claquements des pupitres, raclement des galoches sur le sol, bousculades, des « Bonsoir Maîtresse » marmonnés ou déclamés à toute vitesse.

Ses élèves parties Adèle efface le tableau noir, vérifie qu’aucun cahier ne traine et donne un rapide coup de balai. La poussière ! C’est ce qui l’a le plus surprise quand elle est arrivée dans cette ville du midi. Une poussière grise omniprésente qui envahit tout, les maisons, les vêtements, les cheveux, les bronches.
L’inspection de sa salle de classe terminée, Adèle prépare les cours pour le lendemain. De temps en temps elle regarde par la fenêtre. Au loin elle aperçoit comme chaque soir quelques élèves qui jouent à la marelle le long du grand mur de l’usine.

L’usine ! Sans doute le lieu le plus important de cette petite ville. Plus important même que l’église ou la mairie. Elle avale chaque matin hommes et femmes de cette ville pour les recracher le soir venu. Adèle aimerait permettre à certaines de ses élèves d’accéder à une autre vie plus ouverte, plus enrichissante. C’est pour cela qu’elle est devenue institutrice. Car elle croit à l’école et à l’éducation. Toutes les petites filles doivent avoir la possibilité d’apprendre à lire, à écrire, à compter et à réfléchir. Adèle n’est pas naïve pour autant. La vie ici est difficile, les gens durs au mal. La plupart des parents font rentrer leurs enfants à l’usine dès 13-14 ans.

Lorsque le soir s’en vient et qu’Adèle observe les enfants le long de ce grand mur aveugle parfois un sentiment sourd d’angoisse l’étreint. Elle-même le longe chaque soir pour rentrer chez elle. Elle n’ignore aucun des graffitis qui le recouvrent. Certains la mettent mal à l’aise.

Elle croit en l’homme, en l’éducation, en la tolérance mais alors… pourquoi, pourquoi a-t-elle transformé son nom de famille Rozenkopf en Rosent…..
avatar
Sherkane
Modératrice écriture libre

Féminin Humeur : ....

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. L'institutrice

Message  Feuilledethé le Jeu 30 Mar - 21:45

peut-être parce-qu’elle se concentre sur l'avenir sans s’appesantir sur son passé, commencer une nouvelle vie pour faire grandir celles de ses élèves ?

_________________
N'hésitez pas à partager Kaléïdoplumes avec vos contacts

Facebook https://www.facebook.com/Kaleidoplumes
Google+ https://plus.google.com/+Kaléïdoplumes
et Mastodon https://mamot.fr/@Feuilledethe
avatar
Feuilledethé
Héraut

Masculin Humeur : pas glop !

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. L'institutrice

Message  Cassy le Ven 31 Mar - 0:02

Une institutrice comme on a du tous en croiser enfant, une impliquée qui aime son métier et qui croit en l'éducation.
Ta chute surprend et donne tout son sens à la seconde partie de ton texte flower

_________________
Soit dit en passant, j'ai beaucoup à apprendre...
avatar
Cassy
Admin

Féminin Humeur : Déterminée

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. L'institutrice

Message  Martine27 le Ven 31 Mar - 16:00

Avec ta chute on ne sait plus trop à quel moment de notre Histoire on se situe. Prémonition ou résignation ?

_________________
Martine27
http://moncarnetamalices.eklablog.com
avatar
Martine27
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : Carpe diem

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. L'institutrice

Message  AlainX le Ven 31 Mar - 16:39

Ce texte a le mérite de nous montrer une Adèle pleine d'espérance et donc de réveiller la nôtre, si besoin, en ces temps quelque peu troublés.

Comme dit Martine ci-dessus, le texte aurait mérité d'être situé dans l'Histoire.
Contrairement à ce que l'on pourrait peut-être penser, c'est cela qui lui donnerait une valeur plus universelle.

Reste que les motivations nobles de ce personnage transcendent le temps et les cultures.

Je connais aujourd'hui une institutrice qui lui ressemble, travaillant avec des enfants réputés « difficiles » et je trouve que le mot est un euphémisme…
elle y croit cependant, de toutes ses forces, et de toute sa pédagogie.
C'est certainement à raison de ses qualités-là que l'éducation nationale lui cherche des noises…
normal ! Elle fait trop bien son boulot !
avatar
AlainX
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : stable

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. L'institutrice

Message  catsoniou le Sam 1 Avr - 17:27

Cette institutrice m'apparait comme une de celles qu'il y  avait à proximité des mines ou des usines aux chaînes de production qui avaient essentiellement besoin d'ouvriers et ouvrières dits spécialisés. Là où les Espagnols, Polonais, Algériens étaient nombreux. Souhaiter que des enfants échappent à cette voie toute tracée et monotone était un but très louable ...

Et aujourd'hui, n'aimerait-on pas  qu'il y  ait encore ces usines, ces mines qui avaient le mérite d'assurer un avenir aux enfants du pays, sans distinction de leurs origines  ?  Même sans  qualification, on pouvait au moins "gagner sa croûte" Réfléchis

Adèle : une femme qui fait honneur au beau métier d'enseignant ...  flower flower flower
avatar
catsoniou
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : couci - couça

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. L'institutrice

Message  Nerwen le Dim 2 Avr - 17:15

Pour moi la question restée en suspend à la fin situe ton texte dans l'Histoire. Le fait de changer un nom à consonance juive trahit une période où la tolérance, chère à Adèle, va être mise à mal...Quel talent
avatar
Nerwen
Modératrice consignes A

Féminin Humeur : Légère

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. L'institutrice

Message  Sherkane le Dim 2 Avr - 21:39

Merci à tous de vos commentaires. La photo et sa date de prise m'ont fait penser à la montée du nazisme. Et pour moi, comme l'a dit Nerwen, la dernière phrase situe mon texte dans cette période trouble de notre histoire. Prémonition comme dit Martine27 de ce qui va se passer et nécessité de "franciser" un nom juif.
avatar
Sherkane
Modératrice écriture libre

Féminin Humeur : ....

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. L'institutrice

Message  tobermory le Lun 3 Avr - 10:47

A la lumière de la dernière phrase, cette usine en rappelle d’autres aux cheminées sinistres et la poussière grise évoque les cendres de ces crématoires. D’ailleurs d’autres éléments du texte vont aussi dans le sens de cette métaphore. Pour moi, cette lecture donne beaucoup de cohérence au texte.
avatar
tobermory
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : Changeante

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A. L'institutrice

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum