Le clone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Consigne Le clone

Message  tobermory le Sam 12 Avr - 9:47

Je me sens toujours plus seul quand il fait froid. Comme je languis la douce chaleur des cités sous globe de Mars. Comment les terriens peuvent-ils supporter des températures aussi basses ? 38 degrés pour le moment ! Des gouttes glacées suintent de ma peau. Brrr ! Et pour être seul, je ne pourrais pas l’être davantage qu’avec tous ces étrangers autour de moi. Même mon corps m’est étranger. Pour ma mission d’espionnage, on a inséré les données de ma personnalité martienne, compactées en une puce électronique,  dans le clone d’un terrien ; un certain Gérard Herbin, choisi parce qu’il vit seul et n’a que peu de rapports avec ses congénères. Le véritable Gérard Herbin, je l’ai neutralisé en le plongeant dans le coma jusqu’à la fin de ma mission pour éviter tout problème.
L’interface entre mon cerveau et celui de mon hébergeur laisse à désirer. Le sien, indispensable pour m’assurer un comportement de terrien, prend parfois le dessus, alors au lieu de crever de froid, je crève de chaud et des idées et sensations surprenantes m’envahissent. Mon clone réagit tout particulièrement à la variété de créatures qu’on nomme ici « femmes » ou « filles ». Pour moi, martien et donc asexué, elles ont juste une apparence à peine différente de la variété « homme-garçon ». Mais face à elles, mon cerveau-clone multiplie les réactions bizarres : tremblements, bégaiement, afflux de sang à la figure et autres comportements irrationnels. Et c’est comme ça que ma mission a viré à la catastrophe. Sur une place, une demie douzaine d’hommes ont attrapé une fille et ont voulu la pousser dans une voiture. A entendre ses cris, j’ai cru comprendre qu’elle n’approuvait pas. J’ai senti que mon cerveau-clone aurait voulu intervenir, mais que la réaction « peur» l’en empêchait, un mélange de volonté et d’indécision aberrant. Quand un martien estime qu’une chose est souhaitable, il la réalise. Et brusquement les stimuli du clone m’envahissant, je me suis précipité, un champ de force au bout des poings, et en quelques secondes, j’ai mis KO le groupe d’hommes.  Alors on s’est massé  autour de moi, des flashes ont crépité. Une heure plus tard, j’étais sur les réseaux sociaux, sur les infos du net, sur tous les média. Pour une mission secrète, c’était réussi ! Je n’avais plus qu’à retourner sur Mars et me préparer une nouvelle couverture. Et Gérard Herbin, le vrai, plus inerte qu’un légume, là-bas dans sa bicoque ? Encore un effet de la contamination par le cerveau de mon clone hébergeur, je fus pris d’une réaction très terrienne de pitié. Non seulement je lui envoyai des ondes de réveil, mais par la même occasion, je le dotai de quelques pouvoirs spécifiquement martiens en accord avec l’image qui était maintenant la sienne dans la population terrienne.

***

Gérard Herbin, jeune homme timide et solitaire ne comprenait rien à ce qui lui arrivait. Pourquoi avait-il dormi toute une journée et comment en même temps avait-il pu, comme on le répétait partout, secourir courageusement une jeune fille malmenée par une bande de dangereux malfrats ? Mystère total, d’autant que jusque là, la hardiesse n’était pas son fort.  La tournure que prenait la situation était inespérée. Il était devenu une vedette et les filles qui auparavant le regardaient avec mépris, lui tournaient maintenant effrontément autour, ce qui rapidement lui donna de l’assurance. Il s’aperçut aussi qu’il y avait en lui une force insoupçonnée et que ses poings étaient drôlement efficaces. Du coup, sa vie et sa personnalité changèrent et il devint réellement le héros qu’il avait brièvement été à son insu. Souvent il s’abimait en méditations sur cette chance incompréhensible qui lui était tombée dessus et devant son air absent, sa petite amie lui disait : «  Eh là, Gérard, je te parle, tu es où, sur la planète Mars ? »


Dernière édition par tobermory le Sam 12 Avr - 12:37, édité 2 fois
avatar
tobermory
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : Changeante

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Le clone

Message  Admin le Sam 12 Avr - 12:29

Quelle belle histoire! J'aime beaucoup l'angle avec lequel tu as travaillé la consigne.
Et tu as de réels talents de conteur, car malgré la longueur du texte, on se laisse très vite prendre par tes mots.
 Quel talent 
Il faut juste corriger cette phrase:

A entendre ses cris, j’ai cru comprendre qu’elle n’était n’approuvait pas. J’ai senti que le mon cerveau-clone aurait voulu intervenir, mais que la réaction « peur» l’en empêchait, un mélange de volonté et d’indécision aberrant. (je n'ai pas osé le faire moi-même!)

_________________
Bonjour Invité, je suis heureuse de te compter parmi les Kaléïdoplumiens  flower

Admi...ratrice de vos mots!
avatar
Admin
Admin

Féminin Humeur : Concentrée

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Le clone

Message  silhène le Sam 12 Avr - 12:47

J'ai lu ton histoire d'un trait, elle est originale et fait rêver quelque part.
Une suite serait super, on imagine la rencontre-retrouvailles entre le "vrai" et le "faux" Gérard Herbin

 10/10 
avatar
silhène
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : paisible

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Le clone

Message  Nerwen le Dim 13 Avr - 17:37

Un plaisir de lecture pour une vraie nouvelle de science fiction dans laquelle on se demande quelle part de l'un a influencé l'autre...
 Prosterne 
avatar
Nerwen
Modératrice consignes A

Féminin Humeur : Légère

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum