Les 3 D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Consigne Les 3 D

Message  petit-doute le Sam 24 Mai - 12:25

Ils avaient 16 ans et la fougue joueuse de leur jeunesse.
Ils étaient amoureux fous, à la vie à la mort.
Ils avaient trébuché sur les précautions élémentaires, refusé que leurs caresses se tachent de ces mots barbares que leurs adultes de parents leur serinaient aux oreilles : contraception, préservatifs, maladies vénéneuses et autres hyènes.
Ils avaient le même prénom, les deux D, Dom et Domi.
Ils ont voulu vivre leur vie de jeunes adultes libres, indépendants, parents, mariés, tout comme des grands, à 17 ans.
Lui, il a trouvé un boulot en CDI : manutentionnaire chez un vendeur d'électroménager à l'enseigne connue. Rien de bien folichon, mais ça paye le loyer et le petit crédit des meubles de la chambre du bébé.
Il arrive bientôt le troisième D. Ça les fait sourire et se serrer l'un contre l'autre, rien que d'y penser.
Elle, elle a un CDD de caissière dans une petite supérette de la ville à côté. Ça leur permet de manger, et quand ils comptent bien, qu'ils font vraiment attention, lui de ne pas trop fumer, elle d'aller au boulot à pied, ils arrivent deux fois par mois à aller au cinéma. C'est que ça coûte cher.
Les deux places, bien sûr, mais il faut ajouter le prix du bus qui amène à la ville, le pop-corn et les deux canettes de coca ; incontournables petits plaisirs des séances du samedi soir.
Ils adorent ça, les deux D, le cinéma. Ces samedis soirs là, main dans la main, jambe contre jambe, dans la pénombre. Le programme importe peu finalement.
Bien sûr qu'il préfère les films comiques et elle les histoires d'amour fou qui passent tous les obstacles, comme leur histoire. Et certain aussi qu'ils n'aiment ni l'un ni l'autre les films de guerre qui ressassent le passé de leurs grand-pères. "Faut arrêter de regarder derrière" qu'ils disent en se prenant la main.
Tous les quinze jours, ils y allaient au cinéma ; celui de la ville, qu'il faut presque une heure pour y arriver.
Et puis le troisième D est arrivé dans leur petit appartement aux murs papier mâché. Une jolie petite fille "avec tes cheveux" qu'il lui dit, "avec tes beaux yeux" qu'elle lui répond, épuisée. Ils sont là, tous les trois, dans l'appartement propret quelques mois après. Elle ne travaille plus au supermarché ; la petite est toujours malade, impossible de garder une place quand on est absent plus souvent qu'à son tour. Il a les mains caleuses et les yeux fatigués ; il ne dort plus assez depuis le bébé et ses nuits agités.
Finis les fous rires, les câlins, la tendresse.
Finis les copains qui passent à l'improviste boire une bière, jouer avec les jeux à manettes branchés sur la télé.
Ça sent le lait caillé, la fatigue et le négligé.
Ça pue le renfermé, les reproches et l'amour blessé.
Le cinéma ? N'en parlons pas. Ils n'ont même plus la force de regarder la télé.
La dernière fois qu'ils ont vu un film, elle s'en souvient. La petite était née depuis quoi ? une quinzaine ; elle venait de la coucher. Ils se sont installés, tous les deux, côte à côte, sur le canapé, déjà fatigués, un peu découragés aussi, mais encore prêts à rire.
Ils ont éteint la lumière pour se câliner un peu. Elle lui a dit "Dom, regarde c'est comme au cinéma. On a qu'à dire qu'on y est à la séance de samedi".
Elle est allée chercher deux cocas et des chips (des pop-corn elle n'en a pas ; pour quoi faire ? elle n'a pas de micro onde pour les faire gonfler, et ils ont regardé, tous les deux, main dans la main, la vie dehors, là-bas dans la rue, en face chez les gens ; et c'était comme au cinéma, sans le son. Juste leurs rires.
Mais tous les samedis soirs c'était le même film qui passait ; tous les jours de la semaine aussi. Alors forcément, ils se sont lassés. En route ils se sont laissés, délaissés un peu plus chaque jour.
C'était le même film, tous les jours de la vie, qui tournait inlassablement.
Ils rencontreront bientôt, le quatrième D. Celui de la discorde, des désagréments, et des disputes ; celui des dérives et des désillusions.
Celui du divorce.

_________________
Le temps balance obstinément d'éternité en instant
avatar
petit-doute
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : en cours d'amélioration

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: Les 3 D

Message  Admin le Sam 24 Mai - 14:38

C'est un très beau texte Petit doute. une histoire qui commence fort bien et qui finit pas vraiment bien, une histoire banale somme toute, mais écrite avec beaucoup de sensibilité.
j'ai été très touchée par cette histoire et je trouve la seconde partie de ton texte particulièrement réussi.  Tu cartonnes 

_________________
Bonjour Invité, je suis heureuse de te compter parmi les Kaléïdoplumiens  flower

Admi...ratrice de vos mots!
avatar
Admin
Admin

Féminin Humeur : Concentrée

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum