A. José et les rapaces

Aller en bas

Consigne A. José et les rapaces

Message  FrançoiseB le Dim 9 Déc - 13:48

« Je suis fasciné par les oiseaux rapaces, m'a-t-il dit, encore plus depuis que j'en ai soigné un et qu'il a pu s'envoler à nouveau. D'ailleurs, il revient me voir régulièrement. Il tournoie au-dessus de la maison jusqu'à ce que je sorte. Il me regarde de ses yeux perçants, je le regarde. Et comme rassuré, il s'envole plus haut dans le ciel et il disparaît. »

J'adore l'écouter me raconter cette histoire.
Comme je l'aime, il est tellement gentil et il connaît tellement de choses !
Je l'écouterais pendant des heures me parler des oiseaux, de leurs chants, de leur manière de vivre, de leurs habitudes aussi.

Mais pourquoi maman s'est-elle mise en colère ainsi ?
Nous échangions juste un petit baiser, qui a-t-il de mal à cela ?
Il a fallu qu'elle passe à ce moment-là...
Nous ne nous étions pas cachés, je ne vois pas pourquoi nous l'aurions fait !
Le bonheur, il faut le faire voir, l'amour, il ne faut pas le taire !
Mais maman dit qu'une jeune fille bien ne doit pas s'afficher ainsi.
Et puis elle dit aussi que c'est sûrement un voyou, et que je ne dois plus le fréquenter !
Je ne comprends pas pourquoi elle dit cela, elle ne le connaît même pas.
Si elle l'entendait raconter son histoire, elle penserait autrement, j'en suis sûre !
Il aime tellement la nature, les oiseaux, les animaux, comment pourrait-il être mauvais ?

Alors je me suis énervée, j'ai crié et j'ai pleuré !
« Mais maman, je l'aime ! Ce n'est pas un voyou ! Je veux le revoir ! »
« Comment tu oses ma fille ! File à la cave, cela te calmera, et te remettra les idées en place ! »
Oui, parce que lorsque nous sommes punis, chez moi, on nous envoie faire un séjour à la cave.
Cela coupe toute discussion.
Et nous n'avons qu'à obéir si nous ne voulons pas en plus recevoir une gifle.
Mon père, lui, il ne dit rien.
Je crois qu'il préfère avoir la paix plutôt que de s'opposer à ma mère.
Pourtant, je suis sûre qu'il comprend, lui... je l'ai vu à son regard.
Je lui en veux de ne pas prendre ma défense...
En plus, je sais qu'il l'apprécierait, lui !

Alors, j'ai obéi, je suis descendue à la cave, je me suis assise sur la chaise, près de la petite fenêtre.
J'ai d'abord pleuré, très fort, j'avais de la peine.
Et puis, le calme retrouvé, je me suis mise à rêvasser, et à imaginer tous ces beaux oiseaux dont José me parle.
Je les ai imaginés dans ce ciel si bleu, et je crois bien que je les ai vus, ou bien j'ai cru les voir.
J'ai pensé à lui aussi. Et j'ai souri. Comme je l'aime...
Il faudra bien que maman comprenne.
Si elle ne comprend pas, je m'enfuirai, et je le rejoindrai !
Nous partirons tous les deux, et il continuera à me faire rêver en me racontant ses belles histoires, il raconte si bien...

Ooooh... En voilà un, je le vois, il s'approche tout près de la fenêtre...
C'est peut-être celui que José a soigné...

_________________
JOYEUSES FÊTES A TOUTES ET A TOUS ! santa

Ne méprisez la sensibilité de personne. La sensibilité de chacun, c'est son génie. (Charles Baudelaire)
FrançoiseB
FrançoiseB
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : Sereine

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum