A: De notre passé… je ne ferai pas table rase.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Consigne A: De notre passé… je ne ferai pas table rase.

Message  Escandélia le Mar 1 Sep - 12:20

De passages furtifs en escales fortuites, je suis revenue chez nous, revisiter les lieux de mon enfance. A l’occasion de retrouvailles, mes sœurs et moi avons cherché, fouillé, trouvé.

Il était là, il m’attendait.  Le cahier qui allait tout déclencher. Les ires de Nicole,  jusqu’aux fous rires de Nathalie,   passant par mes silences émus,  jusqu’aux larmes mal contenues.

Nous avons tout inspecté,  au fond du vieux grenier.

Pèle mêle s’entassaient livres anciens, cahiers d’école… albums amoureusement confectionnés par maman, à partir d’images trouvées dans les tablettes  du chocolat Köhler. Celui-là même, dont elle confectionnait  nos goûters et dont nous nous régalions à la récréation de 10h sous les platanes de la grande cour,  pensant déjà au moment des retrouvailles.

Les vieux  ustensiles de cuisine trainaient là, épars. Ils  côtoyaient la dame jeanne et son contenu dont papa se servait pour soigner les bêtes malades et aussi agrémenter son café.

Chaussures d’enfants et  vieilles guenilles toutes mitées, amassées dans un coin voisinaient avec nos vieilles poupées.
Rien ne manquait,  bien à l'abri,  dans l’ombre chaude, de ce mois de juillet.

Comme un clin d’œil à notre enfance, nous avons posé sur ce retour aux sources plus qu’un regard. Nous y avons laissé notre main courir sur ces trésors que nous avons gardés.

Les livres d’école de nos anciens,  nous les  avons feuilletés, chassant de vieux fantômes ensommeillés.  Nous nous sommes imprégnées de leur sagesse et de la force de leur vécu pour faire un saut à l’imparfait.

Les chaussures de nos petits, nous les avons bichonnées, couvertes de caresses sur leur enfance trop vite enfuie. Leurs premiers pas accomplis. Accompagnées de tendresse, nous les avons précieusement rangées.

Le vieux biberon du petit veau, je l’ai entreposé, comme une relique qui témoigne de ce que nous avons été, dans cette ferme où tant de générations se sont succédées.

Le cahier déclencheur,  Nicole l’a déchiré pour ne plus jamais en entendre parler. Douloureuse enfance quand elle est brimée par les déchirements et les secrets.  Son album, elle l’a emporté, preuve d’amour dont elle a si souvent douté.

Nathalie a reparlé de ses souvenirs.  Ensemble nous avons voyagé dans le train sombre qui circulait. Tantôt nous gardions les  vaches au champ de la Basse ou des Enclos. Sa Charmante qu’elle aimait tant, et notre Fauvette si fidèle, nous suivaient pas à pas comptant les virgules et les points qui ponctuaient ce voyage vers l’impossible.
Tantôt nous filions au bourg, quérir le pain,  et le paquet de café dont maman se servait pour commencer ses rudes journées.  Quelques nounours de guimauve achetés avec la monnaie nous régalaient pour le retour. Quand nous franchissions la Pinatèle, nous songions aux jours d'hiver, et la main chaude de maman nous manquait terriblement.
 
Nous avons retrouvé le pittoresque, tel que sorti de l’insouciance.

Avec la spontanéité des jeunes années,  dans ses cahiers, Nathalie racontait ses joies, ses peines,  telles qu’elle les a vécues après notre départ de la maison.  
Cela me mit un coup de poignard en plein cœur.
J’ai réalisé alors combien précieux sont ces moments que l’on s’accorde parfois sans même y prendre garde, comme un défi, sans  voir le temps passer.

Prodigieuses maisons d’enfance et ô combien précieuses. Combien de larmes, combien de rires, combien d’amour  vous recelaient. Combien est forte la déchirure quand il faut en partir et que vient le jour où il faut s’en séparer. Combien aussi nous vous avons aimées.

J’ai dû glisser dans une faille temporelle, car aujourd’hui je suis en quête de mes racines. Irrémédiable  entreprise que celle de reconstituer une à une les mailles qui font de nos vies traces de notre passage et œuvre de nos rencontres à travers les âges.

Aujourd’hui, de ce  passé je ne ferai pas table rase, il est le seul que j’ai envie de reconstituer. Peut- être de mes ancêtres je puiserai la force de tourner cette  page. Il me faut bien  passer le pont pour aller à demain avant qu’à mon tour je sombre dans la faille définitive du grand chemin.
Etre à mon tour, la maille tricotée , le passage à témoin pour le futur de mes enfants.



Dernière édition par Admin le Dim 6 Sep - 17:53, édité 2 fois (Raison : modifié quelques tournures, ajouté quelques virgules éliminé une répétition)
avatar
Escandélia
Modératrice consigne B

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: De notre passé… je ne ferai pas table rase.

Message  plumentete le Mar 1 Sep - 14:43

Et voilà, ça continue. Un bien beau texte également, très intimiste et une coïncidence entre nos vies. Je ne suis pas très passéiste mais c'est vrai que toutes les maisons d'enfance, de campagne ou de ville sont des témoins de nos enfances et de la vie qui s'est écoulée en elle mais aussi ailleurs, se souvenir de ce qu'on a vécu dans ces maisons, oui, se souvenir aussi des raisons pour lesquelles on en est parti...

Je trouve ta dernière phrase très belle:
Etre à mon tour, la maille tricotée , le passage à témoin pour le futur de mes enfants a écrit:

Le passé, pour moi, sert à cela, tricoter le futur...

Pour quelqu'un qui avait peur de ne pas être à la hauteur : Tu cartonnes 10/10
avatar
plumentete
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : heureuse attentive

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: De notre passé… je ne ferai pas table rase.

Message  Admin le Mar 1 Sep - 14:58

J'ai plongé avec toi dans tes souvenirs, j'ai été émue par toutes ces choses accumulées dans le grenier et que vous avez, tes sœurs et toi dépoussiérées, avec les souvenirs qui vont avec.
C'était un très beau moment de lecture. Et comme Plume, je trouve ta dernière phrase magnifique Prosterne

_________________
Bonjour Invité, je suis heureuse de te compter parmi les Kaléïdoplumiens  flower

Admi...ratrice de vos mots!
avatar
Admin
Admin

Féminin Humeur : Concentrée

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: De notre passé… je ne ferai pas table rase.

Message  Nerwen le Mar 1 Sep - 19:45

Prosterne Ton texte, bien que très personnel, a éveillé chez moi des souvenirs endormis, c'est cela je crois la preuve d'un réel talent.
avatar
Nerwen
Modératrice consignes A

Féminin Humeur : Légère

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: De notre passé… je ne ferai pas table rase.

Message  catsoniou le Mar 1 Sep - 21:26

Un à un, les objets font revivre le passé avec tous ses acteurs  auxquels sont rattachés tant de souvenirs  et de moments qui ont forgé les personnalités ...

Oui, très beau sujet ... Premier
avatar
catsoniou
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : couci - couça

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: De notre passé… je ne ferai pas table rase.

Message  Escandélia le Mer 2 Sep - 10:18

grand merci pour vos coms.
Plume, tu as raison, il faut savoir aussi partir, faire un deuil, peut être est ce cela vieillir ou tout au moins grandir.
S'il n'y avait pas eu l'épisode du cahier et du grenier de mon enfance, peut être serais je partie sur une autre piste : celle de la maison maternelle qui m'inspire de tout autres sentiments !

Mais je suis contente que tu aies aimé ce texte.
avatar
Escandélia
Modératrice consigne B

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: De notre passé… je ne ferai pas table rase.

Message  July_C le Mer 2 Sep - 16:52

Vivre c'est perdre m'a t-on un jour dit en cours de psy.
Perdre c'est faire des deuils pour ensuite laisser de la place à autre chose.
J'aime ta façon de raconter et de poser des mots sur ce vécu.
A te lire on a l'impression d'être juste à côté. Et comme toujours je suis touchée ;-)

_________________

D'une extimité à l'autre...
avatar
July_C
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : Bonne

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: De notre passé… je ne ferai pas table rase.

Message  virgul le Mer 2 Sep - 18:25

Un très très beau texte, des images d'une extrême finesse, une nostalgie douce construite par autant de moments de bonheur resurgis du passé.

virgul
Kaléïd'habitué

Masculin Humeur : optimiste

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: De notre passé… je ne ferai pas table rase.

Message  silhène le Ven 4 Sep - 22:09

Ton texte me serre la gorge, tant il me rappelle et me plonge dans ces moments et ces tranches de vie qu'un grenier, une maison adorée, font revivre.
Dans ces moments de revécu, de souvenirs, le temps s'arrête et l'enfance, la jeunesse, ressurgissent avec tout leur éclat, leurs émotions gardées bien au chaud. Un monde qui n'existe plus perdure pourtant dans ces greniers, ces objets, ces lieux.

Vraiment, un très beau texte Prosterne
avatar
silhène
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : paisible

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: De notre passé… je ne ferai pas table rase.

Message  Sherkane le Sam 5 Sep - 18:52

sunny Un texte magnifique qui m'a beaucoup touchée.
Merci de nous avoir fait partager ces moments là
avatar
Sherkane
Modératrice écriture libre

Féminin Humeur : ....

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: De notre passé… je ne ferai pas table rase.

Message  Mesange le Sam 5 Sep - 19:08

Beaucoup d'émotions à la lecture de ton texte. Les objets, les images que tu évoques sont vivantes encore.
Escandélia a écrit: Aujourd’hui, de ce  passé je ne ferai pas table rase, il est le seul que j’ai envie de reconstituer. Peut- être de mes ancêtres je puiserai la force de tourner cette  page. Il me faut bien  passer le pont pour aller à demain avant qu’à mon tour je sombre dans la faille définitive du grand chemin.
Etre à mon tour, la maille tricotée , le passage à témoin pour le futur de mes enfants.
J'aime l'idée que les souvenirs du passé, revisités, forment un fondement en nous pour construire le présent, le futur.
avatar
Mesange
Kaléïd'habitué

Féminin Humeur : ciel bleu, quelques nuages de passage

Revenir en haut Aller en bas

Consigne Re: A: De notre passé… je ne ferai pas table rase.

Message  Escandélia le Sam 5 Sep - 19:50

July, j'ai cru que tu allais écrire :"vivre c'est perdre ...son temps.." c'est parfois vrai ! mais il s'agissait d'une tout autre philosophie que j'ai essayé de méditer. Et je ne suis pas d'accord, vivre ce n'est pas perdre : on y gagne tellement ! après oui, la mort fait soi disant partie de la vie, puisqu'elle en est la fin. Mais comme le disait qui déjà ? Lavoisier ? Non ? " rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme". Mais nous en rediscuterons.
Silène, Mesange, Sherkane, Virgul, Merci à tous de vos coms, ils montrent que j'ai bien raison d'écrire que Kalé c'est un peu une deuxième famille.
avatar
Escandélia
Modératrice consigne B

Féminin Humeur : joyeuse

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum