Lettre de l'Au-delà

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Consigne Lettre de l'Au-delà

Message  Amanda. le Mer 14 Mai - 16:30

Tu m’as tuée, Philippe.

Tu m’as tuée sur le coup, au début de ce joli mois de mai.

Tu m’as tuée parce que tu as brûlé un feu rouge et que tu roulais trop vite sur le grand boulevard du Centre.
Tu m’as tuée et tu as rendu infirme ma copine Aline. J’avais 17 ans, elle 16.

On rentrait de l’école, on était en terminale, heureuse de voir venir la fin des études secondaires.
On était descendues du métro et on discutait avec animation de nos vacances, ces grandes vacances où on partirait ensemble à la mer.

C’est sans doute pour cela qu’on ne s’est pas méfiées en traversant le passage pour piétons.
C’est simple, on n’a même pas eu le temps de te voir arriver…

Tu as surgi à 100 à l’heure. Un choc ! On a été projetées en l’air. Aline est retombée vingt mètres plus loin, la jambe droite arrachée. Mon corps, on l’a retrouvé à une trentaine de mètres à l’arrêt du bus.


Le lendemain, il y avait nos noms dans le journal, sous la rubrique «  Faits divers » avec un titre «  Un chauffard de 2O ans fauche deux étudiantes ».
Tu es en prison, il paraît qu’en plus du feu grillé, tu n’étais pas en règle avec ton assurance.

Tu sais à quoi je pense ?
On aurait pu être copains. C’est bête !
A quelques rues près, on était voisins !
Mais tu m’as tuée, Philippe !

Le pire, ce sont nos vieux. Ils se décomposent, seconde après seconde…
Ils crèvent lentement.
Voilà ce qu’il faut que tu dises à tes potes, Philippe quand tu sortiras de tôle. En jouant les fusées, t’as foutu trois familles en l’air !

Je t’en supplie, n’oublie pas ! Dis-leur que les cheveux de ton père sont devenus gris en une nuit. Dis-leur qu’en une semaine, ma mère s’est mise à ressembler comme deux gouttes d’eau à la tienne.
Dis-leur qu’elle s’est brusquement voûtée, recroquevillée, cassée, comme une vieille poupée.
Dis-leur que papa refait chaque nuit le même cauchemar : il est à la morgue et se penche sur mon tiroir…

Et quand ils voudront danser le samedi soir, dis-leur «  Mollo »
Dis-leur qu’Aline avec sa prothèse, ne slowera plus qu’avec sa chaise.

Par pitié, dis-leur çà à tes potes, Philippe.
Que ta connerie serve….

Moi, Karine.
avatar
Amanda.
Modératrice consignes A

Féminin Humeur : résolument drôle

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum